Daniel Craig brille à l’exposition Planet OMEGA à NY

Une soirée sous le signe de l’élégance et du temps

Dans le cœur vibrant de New York, un événement a capturé l’essence même du luxe et de la précision : l’exposition Planet OMEGA. C’est dans cet écrin de sophistication que Daniel Craig, incarnation contemporaine du légendaire James Bond, a foulé le sol de la Chelsea Factory. Après une ouverture spectaculaire en présence de Nicole Kidman, c’était au tour de Craig d’honorer cette galerie horlogère avec sa présence.

Planet OMEGA se déploie comme un récit épique à travers le temps, où chaque montre raconte une histoire ponctuée par les tic-tacs des secondes qui s’égrènent. Jusqu’au 19 novembre, les visiteurs sont invités à plonger dans un océan d’histoire et d’innovation où six univers thématiques dévoilent les multiples facettes d’une marque synonyme d’excellence : sport et Jeux olympiques, conquête spatiale, profondeurs marines, cinéma avec James Bond, ambassadeurs illustres et quête incessante de précision.

Raynald Aeschlimann, président et CEO d’OMEGA, n’a pas manqué d’accueillir personnellement Daniel Craig lors du cocktail inaugural. Il a partagé sa vision enthousiaste : « Parler d’OMEGA sans évoquer James Bond serait impensable. Depuis ‘GoldenEye’, notre destin est intimement lié à celui du célèbre espion. La venue de Daniel est pour nous un honneur ; il incarne parfaitement nos valeurs depuis qu’il a endossé le costume en 2006 pour ‘Casino Royale’. »

Daniel Craig : entre passé cinématographique et héritage horloger

Ambassadeur charismatique depuis plus d’une décennie, Daniel Craig s’est immergé dans l’univers OMEGA avec la curiosité des premiers jours. Devant lui se déployait toute une gamme historique des modèles Seamaster emblématiques ayant accompagné les aventures bondiennes sur grand écran. Parmi eux trônait la Seamaster Diver 300M portée dans « No Time To Die », prêtée exceptionnellement par le musée OMEGA suisse.

Craig s’est exprimé avec admiration sur ce lien indélébile qui unit la marque aux films mythiques : « Les designs intemporels d’OMEGA m’ont toujours fasciné. Cette exposition met en lumière la continuité authentique entre les créations horlogères vintage et les chefs-d’œuvre modernes ».

L’exposition Planet OMEGA offre ainsi une rare opportunité aux passionnés comme aux néophytes de découvrir des pièces légendaires telles que la Seamaster Diver 300M du film « Le Monde Ne Suffit Pas » ou encore l’édition spéciale commémorant le 60e anniversaire lancée récemment.

Jusqu’à mi-novembre, la Chelsea Factory devient donc un sanctuaire temporel où chacun peut admirer ces gardiens silencieux du temps qui passe. Une invitation est lancée au public pour venir contempler ces témoins mécaniques des instants éphémères qui façonnent notre histoire collective – preuve vivante que chez OMEGA comme chez Bond… rien ne meurt jamais vraiment.

Seraphina